jeudi 25 décembre 2008

Les coulisses d'AdultFriendFinder

Various Inc est le nom de la société qui détient le site AdultFriendFinder et également d’autres sites de rencontre satellites, plus ou moins orientés sexe, avec des ciblages assez hétéroclites pour devenir presque exhaustifs, je vous laisse le plaisir de découvrir votre bonheur parmi des sites aux intitulés aussi exotiques que JewishFriendFinder, MillionaireMate, Amigos ou Bondage pour n’en citer que quatre.

AFF n’est pas un site de rencontre comme les autres, c’est un vrai réseau social. Il propose depuis longtemps déjà un grand éventail d’applications à ses utilisateurs ; il est possible de bloguer, de voter pour les photos des membres, de discuter par le biais d’une messagerie instantanée ou d’une web cam et les membres sont invités à raconter leur expérience et à donner des conseils sur les forums. AFF est une véritable plateforme communautaire qui n’a rien à envier à Facebook. Mais, s’il est de notoriété publique que le sexe fait vendre, il semblerait pourtant que le sexe oblige à baisser les prix. Lors de son rachat par Penthouse en 2007, les membres du réseau social sexuel n’ont pas été valorisés à plus de deux dollars, contre treize dollars par membre pour un réseau social comme Facebook.

Quelle est la leçon à en tirer ? Les obsédés sexuels consommeraient-ils moins que les utilisateurs de Facebook ? Est-ce qu’il n’y aurait pas une certaine hésitation des annonceurs à faire tourner la régie publicitaire des sites à vocation purement sexuelle ?
Toujours est-il que, contrairement à ce qu’on pourrait penser de but en blanc, AFF est un véritable repère de CSP++. J’ai croisé beaucoup de « leaders d’opinion » se vautrant dans le stupre depuis que je suis inscrite sur ce site. Cependant, ne pourrait-il pas s’avérer contre-productif pour un annonceur « propre sur lui » de traîner son image dans la boue en communiquant sur un site qui ne fait qu’inciter ses utilisateurs à la débauche. Le sexe ne fait pas vendre tant d’espace publicitaire que ça sur Internet, il effarouche les annonceurs, ou plutôt, le sexe fait vendre du sexe, chaque chose restant à sa place. Or, si on y réfléchit, le sexe est le principal business sur Internet, celui qui draine le plus de visiteurs uniques… Alors ne serait-il pas temps pour les annonceurs d’envisager de profiter de la réunion de tous ces internautes aux mœurs dissolues pour les transformer en consommateurs de leurs marques ?

2 commentaires:

Neiyo, Responsable Projet a dit…

Merci beaucoup pour cette profonde réflexion.

Je vois que vous avez du passer pas mal de temps à analyser AFF.

Pour ma part, je suis entrain d'élaborer un site concurrent à AFF mais que je souhaite bien plus réel et plus contrôlé qu'AFF.

Je serais flatté que vous acceptiez d'en faire également la critique pour que je puisse avoir un point de vue féminin extérieur.

Je vous laisse mon adresse email si vous êtes intéressée.

Neiyo (neiyoster@gmail.com)

Laure a dit…

J'en serais absolument ravie, je vous recontacte par email.

Laure